La belle main

La belle main

Gilbert Bordes

1965. La Sologne sauvage avec ses chemins qui se perdent dans les taillis, ses maisons isolées, ses landes incultes... Lors d'une soirée au château de Mauret, la jeune Solène, qui veille sur les enfants des propriétaires, fait la rencontre de Paul, luthier. Il n'est pas riche, plutôt discret, vit intensément sa passion pour la musique et son métier dans un village au bord de la Loire. Leurs regards se croisent, s'accrochent avec la force de ces instants qui changent un destin. Or Paul a un passé, eu de mauvais penchants, a vécu la guerre, l'Occupation. Solène, elle, a été élevée seule par sa mère Josette, originaire de Corrèze. 
Quand celle-ci est conduite à l'hôpital dans un état préoccupant, elle se confie à sa fille. Sur sa vie pendant la guerre, son amour pour un capitaine allemand, la honte d'avoir été tondue à la Libération et jetée à la vindicte des gens. 
Et, contre toute attente, il semble que les chemins de Josette et de Paul se soient déjà rencontrés.