Ariane et Juliette

Ariane et Juliette

Hubert de Maximy

Saint-Etienne, 1917. Ariane et Juliette font leur rentrée dans la chic institution Sainte-Jeanne. Ce qui sépare l'insouciante fille de bourgeois et l'écorchée vive élevée par une mère trieuse à la mine favorisera leur amitié et leur quête. Car malgré leurs différences, un lien secret les unit. Ce jour de rentrée, c'est seule qu'elle est arrivée à l'institution Sainte-Jeanne. Adolescente introvertie, Juliette a quitté son village minier et sa mère pour suivre ses études. Toujours sur ses gardes, mal à l'aise, elle ne comprend rien aux conversations blasées et superficielles des élèves "bien nées". Aussi s'efforce-t-elle de passer inaperçue. Ce monde tranche tellement avec le sien ! Elle qui travaillait avec sa mère au tri dans la mine où elle a vécu tant d'expériences, des traumatismes même, où elle côtoyait de près l'univers rude des mineurs, comment a-t-elle pu être inscrite dans ce prestigieux établissement ? Ariane, quatorze ans également, affiche, elle, l'assurance des enfants de son milieu. Elle retrouve ses amies, ses habitudes. C'est juste une rentrée de plus pour elle, malgré tout endeuillée par la disparition de son père, "mort pour la France" dans la Somme. Au fil des mois, les deux adolescentes s'apprivoisent et se lient d'amitié. Elles ressentent, chacune à leur façon, l'absence de la figure paternelle dans leur vie. Car pour Ariane comme pour Juliette, leur père est resté un mystère.